Les navettes spatiales

Playlist : Les navettes spatiales ( 18 vidéos )

La navette spatiale américaine (en anglais Space shuttle ou Space Transportation System, STS) est un type de véhicule spatial conçu et utilisé par l’agence spatiale américaine (NASA), dont le vol inaugural remonte au 12 avril 1981 et qui est retiré du service en juillet 2011, après avoir effectué un total de 135 vols.

16 novembre 2009 , décollage de la navette Atlantis dans un bruit de fin du monde . Montez le volume à fond et rendez-vous au premier nuage ..!!

Elle est composée de trois sous-ensembles : l’orbiteur — qui est le seul composant à se placer en orbite et transporte le fret et les astronautes —, le réservoir externe et deux propulseurs d’appoint. Le terme « navette spatiale » s’applique uniquement à l’orbiteur, qui revient se poser comme un planeur sur une piste d’atterrissage et peut être réutilisé pour un nouveau vol. Les propulseurs d’appoint sont également conçus pour être réutilisables. L’orbiteur, qui constitue l’élément le plus complexe, a été construit à cinq exemplaires, dont deux, Challenger et Columbia, ont été détruits aux cours d’accidents entraînant la perte de leurs équipages.

28 janvier 1986 , la navette Challenger se désintègre 73 secondes après le décollage .
Space Shuttle Challenger Explosion – Camera E-207

L’ensemble composé de la navette spatiale, le réservoir et les propulseurs, qui pèse plus de 2 000 tonnes au total, décolle verticalement comme une fusée. Au cours de son ascension, il se sépare successivement de ses propulseurs d’appoint, puis de son réservoir externe. À l’issue de la mission, l’orbiteur revient seul sur Terre. Il effectue une rentrée atmosphérique au cours de laquelle il ralentit fortement en dissipant une grande quantité de chaleur, puis entame une phase de vol non propulsé à la manière d’un planeur, avant d’atterrir sur une piste de grande longueur. L’orbiteur ainsi que les propulseurs d’appoint sont remis en état puis réutilisés, alors que le réservoir est détruit après avoir été séparé de l’orbiteur. La navette spatiale peut placer en orbite basse 24,5 tonnes de charge utile et huit astronautes (ce qui constitue le record actuel, réalisé à deux reprises) et peut en prendre en charge jusqu’à onze pour une mission d’urgence. L’orbiteur est un engin spatial d’une polyvalence inégalée : il dispose d’une grande soute, d’un bras permettant le maniement de lourdes charges dans l’espace et d’un sas utilisé pour les sortie extravéhiculaires ou l’amarrage à une station spatiale. Son autonomie en mission est d’environ deux semaines.

1 février 2003 , la navette Columbia se désintègre pendant son retour sur terre .

En concevant au début des années 1970 un engin spatial réutilisable, la NASA espère pouvoir abaisser fortement les coûts du lancement spatial, qui a jusque-là recours à des fusées perdues après usage. Mais les compromis techniques retenus à la conception pour des raisons financières, et surtout la complexité inhérente au concept, induisent des coûts de développement et d’exploitation (450 millions de dollars par lancement2) très élevés. Lorsque sa carrière opérationnelle débute en 1982, tous les lancements de satellites américains sont pris en charge par la flotte des quatre navettes spatiales. Grâce à un dumping important sur les prix, la navette occupe même une place dominante sur le marché des lancements commerciaux. Mais il apparaît rapidement que la navette ne sera jamais un moyen de lancement concurrentiel par rapport aux fusées, car la cadence des lancements espérée ne peut être tenue. Après la destruction de la navette spatiale Challenger début 1986, qui entraîne la perte de son équipage, l’utilisation de la navette est limitée au lancement des satellites non commerciaux et aux expériences scientifiques en orbite. À compter de la fin des années 1990, sa mission principale est la desserte de la station spatiale Mir, puis de la Station spatiale internationale. Un deuxième accident en 2003, accompagné une fois de plus de la perte de l’équipage, accélère la décision de mettre à la retraite la flotte des navettes, dont le dernier vol a lieu le 21 juillet 2011. Soyouz devient alors le seul vaisseau capable d’assurer la relève de l’équipage permanent de la Station Spatiale Internationale jusqu’au premier lancement du Commercial Crew Development le 30 mai 2020.